Mots-clefs

Ceux d’entre mes lecteurs qui ont vaguement suivi les résultats de l’élection présidentielle au Gabon ont dû entendre parler des surprenants résultats de la région d’origine du président sortant, résultats annoncés plusieurs jours après ceux de toutes les autres régions et qui ont permis au sortant de coiffer sur le fil son rival.

10139228-16518135

Pour des cartes présentant tous les résultats, voir ici.

On peut rappeler qu’à cette occasion la population du Haut-Ogooué avait connu sur Wikipedia un brusque accroissement.

haut-ogooue-gabon-615x330En revanche, chers lecteurs, vous n’avez peut-être pas encore eu vent de l’extraordinaire percée conceptuelle opérée par la Cour Constitutionnelle qui vient de valider la réélection de M.  Bongo. Il s’agit de rien moins que de l’introduction des nombres négatifs dans l’arithmétique électorale : un « petit » candidat s’est en effet vu attribuer moins de voix au niveau national que ce qui lui avait été reconnu dans une des provinces du pays.

Sur Twitter les opposants à Ali Bongo se montrent virulents ; heureusement pour lui le président fraîchement réélu peut compter sur quelques supporters :

cthywrcxgaezw2x

Malika, même si tu as raté ton test de Turing, je te trouve beaucoup de charme!

En parcourant des articles sur ce sujet j’ai également eu l’occasion de profiter d’un de ces décalages cocasses entre le contenu d’un article de journal  en ligne et la publicité qui accompagne. En l’occurrence il s’agissait d’un article de Jeune Afrique paru avant la décision de la cour constitutionnelle et qui essayait de nous convaincre de l’indépendance de sa présidente.  Sur la gauche il y avait des annonces des bandeaux publicitaires de recruteurs, parmi lesquels la fondation  Mo Ibrahim.

mo-ibrahim-1-2-logo-225x150Pour ceux qui ne voient pas l’ironie de la chose, il faut précicer que Mo Ibrahim est un milliardaire anglo-soudanais qui a créé un prix (qui porte son nom) destiné à récompenser la bonne gouvernance et particulièrement les chefs d’état africains qui laissent la place au terme de leur mandat [1].

Aux gabonais qui viendraient à passer par ici, et aux autres, je ne peux que souhaiter bon courage.

[1] Information peu réjouissante, ce prix n’a été décerné que 4 fois depuis 2006.

Publicités