L’exploitation, concept politique

« L’idée d’exploitation n’est pas une idée économique (comme l’a cru Marx – et, à sa suite, à peu près tout le monde). Il n’y a pas de concept économique de l’exploitation. La construction d’un tel concept exigerait de donner un sens rigoureux à l’idée d’imputation séparée, ce qui est impossible (cf. Chapitre III). L’exploitation est une idée politique: elle présuppose qu’une autre société est possible, et affirme que la société présente est injuste. Si l’on accepte la société telle qu’elle est, toutes les «dépenses» (les catégories de dépenses) qui y ont lieu sont nécessairement déterminées par sa structure et nécessaires pour sa continuation : la nourriture des ouvriers autant que la police, les prisons, etc. Si la société doit exister et fonctionner comme société capitaliste, «la loi et l’ordre» sont des inputs tout autant (sinon plus) nécessaires à la fabrication du produit total que la force de travail. Il n’y a pas d’économie égyptienne sans prêtres et sans Pharaon. Si un paysan ou esclave égyptien avait eu l’idée que le Pharaon et les prêtres l’exploitaient, cela aurait voulu dire qu’il aurait conçu la possibilité d’une autre institution de la société, et jugé celle-ci préférable. Si la société bureaucratique doit exister, si elle est la seule possible, alors la bureaucratie est nécessaire, et l’on ne voit pas pourquoi et comment on enlèverait les « salaires » des bureaucrates des coûts «socialement nécessaires» de la production (c’est du reste ce qu’ont interminablement répété, depuis des décennies, les avocats crypto-staliniens de la bureaucratie). Dire que la bureaucratie ou les capitalistes exploitent la population n’a de sens que si cela signifie : une société sans bureaucrates et sans capitalistes est possible, et préférable.

Tout cela se transpose aussi bien à l’investissement en général. La bureaucratie, comme la classe capitaliste «privée» traditionnelle, « crée » le surplus en même temps qu’elle se l’approprie. Elle ne le crée certes pas « productivement » – elle le crée sociologiquement : elle force la société à produire un surplus et tel surplus. Il n’y a pas de «surplus» dans l’abstrait, il a toujours telle ou telle forme concrète – et cette forme est « décidée » par la couche dominante. Si la bureaucratie décide d’investir dans des usines textiles, des crèches ou des bombes H, c’est son affaire : c’est elle qui décide, elle dispose du surplus, et elle en dispose en lui conférant, au moment même où celui-ci est produit, la forme matérielle qui lui convient à elle. Elle a pouvoir sur cette partie du temps de travail total de la société dans un tout autre sens qu’elle n’a pouvoir sur la partie qu’elle est obligée de laisser à la population au travail. Si cette population avait le pouvoir, peut-être déciderait-elle de reproduire exactement la structure de l’investissement existante, peut-être la changerait-elle du tout au tout. Cela n’a pas d’importance. Aussi longtemps que la bureaucratie – ou la classe capitaliste – a pouvoir sur une partie du produit social, aussi longtemps qu’elle en dispose, nous considérons cette partie comme appartenant au surplus et matérialisant l’exploitation de la société par une catégorie particulière. »

Cornelius Castoriadis, Devant la guerre in Guerre et théories de la guerre, p. 278-279

Illusionnisme

« Dans de telles guerres, les collectivités engagées mettent en jeu leur existence entière, et les hommes acceptent de mourir avant l’heure. Comment et pourquoi l’acceptent-ils ? Dire qu’ils meurent pour leurs « intérêts » est évidemment absurde. Un  « intérêt » conduisant quelqu’un à accepter la mort est une contradiction dans les termes. Le premier « intérêt » et la condition de tous les autres est de survivre à tout prix. Qui s’est jamais fait mourir par intérêt, sauf peut-être un avare pathologique ? Et si cet avare se fait mourir, n’est-ce pas parce son « intérêt » n’avait jamais été que la figure de sa folie ?
Tout aussi dérisoire est la réponse – la seule que les marxistes aient jamais su donner – qui invoque la contrainte ou les « illusions ». Les classes dominantes peuvent avoir tout « intérêt » et aucun scrupule à déclencher les guerres les plus meurtrières. Mais il est clair qu’elles ne sauraient « contraindre » dix millions d’hommes armés à se faire tuer contre leur volonté. Et, devant une « théorie » qui affirme que, par deux fois en un quart de siècle, le prolétariat des principaux pays industriels a accepté de se faire massacrer uniquement en fonction d’« illusions », on ne peut que rire et pleurer à la fois, car il n’est pas question de comprendre. Constater aussi que la «conception matérialiste de l’histoire» s’avère conception illusionniste de l’histoire. Si les illusions déterminent à un tel degré la réalité, elles deviennent en effet la force réelle fondamentale. On se demande alors en quoi et par rapport à quoi elles seraient « illusions ». En tout cas, l’histoire de l’humanité devient l’histoire de ses illusions, et ce sont ces illusions qu’il faut, toutes affaires cessantes, étudier à fond – et non pas ces fariboles que sont l’évolution des forces productives, l’accumulation du capital ou l’augmentation du taux d’exploitation. »

Cornelius Castoriadis, Guerre et théories de la guerre, édition du Sandre p. 356 – 357

Taciturnus toujours au top – semaine 54

Top 5 des titres d’œuvres de Kant

  1. Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique
  2. Prolégomènes à toutes métaphysique future qui voudra se présenter comme science
  3. D’un ton grand seigneur adopté naguère en philosophie
  4. Rêves d’un visionnaire expliqués par des rêves métaphysiques
  5. Sur l’expression courante : il se peut que ce soit juste en théorie, mais en pratique, cela ne vaut rien 

Confession

ZADANIE

W trwodze i drżeniu myślę, że spełniłbym swoje życie
Tylko gdybym się zdobył na publiczną spowiedź
Wyjawiając oszustwo, własne i mojej epoki:
Wolno nam było odzywać się skrzekiem karłów i demonów
Ale czyste i dostojne słowa były zakazane
Pod tak surową karą, że kto jedno z nich śmiał wymówić
Już sam uważał się za zgubionego.

Berkeley, 1970

Czesław Miłosz

*

A TASK

In fear and trembling, I think I would fulfill my life
Only if I brought myself to make a public confession
Revealing a sham, my own and of my epoch:
We were permitted to shriek in the tongue of dwarfs and demons
But pure and generous words were forbidden
Under so stiff a penalty that whoever dared to pronounce one
Considered himself as a lost man.

traduction de l’auteur

Bonne rentrée Sisyphe

« Immer aufs neue nimmt der Pädagoge die Arbeit mit dem Stein auf. Er stellt sich täglich den Mühen des pädagogischen Alltags. Hat er den Stein, oft unter Aufbietung letzter Kraft, auf den Gipfel geschleppt, rollt er umbarmherzig wieder ins Tal hinab. Am Fuße des Berges angekommen, sieht er schon wieder die auf ihn wartende Arbeit. Die noch erinnerte Mühsal des Hinaufwälzens des Steines läßt den Menschen nicht im Unklaren über die Anstrengung, die ihm wieder abverlangt wird. Worin kann angesichts des Wissens um die verlorenen Kräfte, der immer aufs neue zu überwindenden eigenen Zweifel gegenüber pädagogischer Möglichkeiten, der Ängste und Sorgen, mit seinem Engagement zu scheitern, die Befriedigung der Arbeit liegen? Befriedigung scheint der Mensch aus der Meisterung der für unüberwindbar gehaltenen Mühen zu ziehen. Die Energie aufgebracht zu haben, dem schweren Stein gewachsen gewesen zu sein, setzt neue Kräfte frei. Diese Einsicht läßt hoffen, sich erneut den im Alltag zu erwartenden Aufgaben und Problemen stellen zu können, wiederum dem mühseligen pädagogischen Alltag gewachsen zu sein. Befriedigung verschafft demnach die unter großer Anstrengung vollbrachte Leistung, den Stein zum Gipfel bewegt zu haben. Der verzehrende Aufwand hat sich gelohnt. Daraus erwächst die Zuversicht, dem Stein auch künftig trotzen zu können. »

Friedhelm Zubke, Der Mythos des Sisyphos als Symbol für pädagogische Arbeit

Bien résolu à prendre de bonnes résolutions

« Existing authenctically means existing in the mode of self-determination, and Heidegger also employs the term resoluteness (Erschlossenheit) in this context. When Heidegger  first presented his ideas in lectures at Marburg, the students remarked jokingly, « We are resolute, but we do not know to what purpose. »

Ernst Tugendhat, Self consciousness and self-determination