Moitié parce que le suivi des opérations militaires en Ukraine ne suffisant plus à assouvir ma soif de prétextes de procrastination, moitié par honte d’ignorer l’histoire en train de s’écrire, j’ai résolu de me tenir au courant des événements qui se déroulent en Iran. Ma connaissance de la géographie iranienne ne s’est pas encore aussi sensiblement améliorée que ma connaissance de la géographie ukrainienne (les deux étant plongées dans le même néant il y a encore quelques mois)., mais cette entreprise m’a également donné l’occasion de m’initier aux clivages qui traversent la diaspora iranienne. Je suis ainsi tombé des nues en découvrant cette polémique quelque peu insensée contre des journalistes français (manifestement d’origine iranienne) accusés de couvrir les événements d’une manière trop favorable (ou pas assez défavorable) au régime.

Screenshot 2022-11-03 at 20-44-09 كارگر sur Twitter

Ce tweet illustre un des défis auquel on est confronté quand on cherche à suivre les événements via Twitter : en déroulant les conversations on tombe très vite sur des messages en persan. Qu’à cela ne tienne, Google translate est notre ami. Voici ce que j’ai découvert en traduisant la réaction en persan au tweet en français cité ci-dessus:

Screenshot 2022-11-03 at 19-46-38 Google Traduction