Étiquettes

[…]

Fui solo como un túnel. De mí huían los pájaros
y en mí la noche entraba su invasión poderosa.
Para sobrevivirme te forjé como un arma,
como una flecha en mi arco, como una piedra en mi honda.

[…]

Pablo Neruda, Veinte Poemas de Amor y una Canción Desesperada, I

[…]

A nadie te pareces desde que yo te amo.
Déjame tenderte entre guirnaldas amarillas.
Quién escribe tu nombre con letras de humo entre las estrellas del sur?
Ah déjame recordarte como eras entonces cuando aún no existías.

[…]

ibid, XIV

*

Je fus seul comme un tunnel. Les oiseaux me fuyaient,
et en moi la nuit pénétrait de son invasion puissante.
Pour me survivre je t’ai forgée comme une arme,
comme une flèche à mon arc, comme une pierre à ma fronde.

Tu ne ressembles à personne depuis que je t’aime.
Laisse-moi t’étendre parmi les guirlandes jaunes.
Qui inscrit ton nom avec des lettres de fumée parmi les étoiles du sud ?
Ah laisse-moi me souvenir comment tu étais alors, quand tu n’existais pas encore.

trad. C. Couffon C. Rinderknecht

File:Pygmalion and Galatea (Goya).jpg - Wikimedia Commons

Goya, Pygmalion et Galatée

*

« Certes, en un sens c’est bien toi qui m’a créée, répondit l’Aimée à l’Amant, mais je crains pour toi que tu ne regrettes vite ton empressement à glorifier ton génie. Que tu m’aies créé ne m’empêchera  nullement de t’échapper, et lorsque cela arrivera tu te souviendras de ce que tu oublies en ce moment, que tu n’es pas maître de ton pouvoir créateur, et que tu n’es pas libre d’élever à volonté une personne quelconque au rang d’objet d’amour. »

Zosime Korba, Pulsations cadavériques, p.117