Étiquettes

,

« Dites-le-vous bien : peu m’importent vos arguments et contre-arguments, cette espèce de qua­drille où le sage s’embrouille aussi facilement que le dernier des profanes. Parce que moi, qui ressens les hommes d’une manière très directe, j’observe vos visages tandis que vous parlez et j’y vois comment la théorie les creuse de grimaces. Je n’ai pas à consta­ter si vous avez tort ou raison ; pour moi, l’important est que vos raisons ne fassent pas de votre visage une gueule, qu’influencés par leur empire vous ne finis­siez pas par devenir haïssables, répugnants et indi­gestes. Le contrôle des idées n’est pas de mon domaine, il est de constater directement comment une idée peut influencer un homme. Qu’est-ce qu’un artiste ? C’est celui qui vous dit : cet homme parle d’or, mais lui-même est un imbécile. Ou bien : de ces lèvres coule la plus pure des morales, mais atten­tion! impuissant à satisfaire à sa propre morale, cet homme est en passe de devenir une canaille.

Ce raisonnement me paraît avoir son prix, — abstraite en effet de son homme, l’idée ne parvient pas à exister pleinement. Il n’y a d’idées qu’incarnées. Il n’y a d’autre verbe que fait chair. »

Witold Gombrowicz, Journal, Tome I, Folio p. 190 – 191