Étiquettes

, ,

« Peintres et graveurs qui tous ploient sous le poids écrasant de difficultés techniques et se concentrent pour atteindre — dessin et couleur — à la perfection, ne souhaitent guère en général sortir de leur atelier et ne comprennent pas le prix d’une idée neuve qui souvent peut vous permettre de trancher de véritables nœuds gordiens. Aussi, lorsque je leur demande d’être des hommes qui peignent, eux préfèrent se borner à être peintres. J’ai confiance pourtant, et je crois qu’il y a en nous de la place, en matière d’art, pour une pensée personnelle, une pensée créatrice. Nous avons en effet tour à tour éprouvé sur nous-mêmes deux conceptions de l’art ; l’une, aristocratique, oblige le consommateur à admirer des choses qu’il est incapable de sentir ou de comprendre l’autre, prolétarienne, force le créateur à fabriquer des objets qu’il méprise et qui lui sont inférieurs, tout juste bons pour le petit peuple des humbles. Et c’est notre corps qui sert de champ de bataille aux deux écoles, lesquelles s’entre-déchirent avec une telle rage qu’en fin de compte elles ne laissent plus en nous qu’un grand vide : arriverons-nous un jour à nous en sortir ? — oui, sortir suffisamment purs de ce sauna, capables d’agir et de créer en suivant notre style particulier? »

Witold Gombrowicz, Journal, 1953 III