Étiquettes

,

La scène se passe avant la conférence de clôture d’un événement philosophico-culturel de ma province. K. me rejoint dans les gradins et me présente E.M. qu’elle a eu comme prof en prépa agreg quelques années auparavant. Après les salutations d’usage, je me risque à évoquer un possible souvenir commun. 

— J’ai assisté à une conférence très intéressante que vous aviez donné, lors d’une journée consacrée au scepticisme dans le cadre du plan académique de formation.

—  Une formation qui avait lieu à R. c’est ça ?

—  Oui, exactement.

—  Oui je me souviens. Cela avait été un peu houleux, il y avait des gens assez virulents dans le public.

Je m’abstiens de relancer sur le sujet, et la conversation dévie alors sur la carrière de la conférencière du jour.

Même si E.M. n’avait gardé aucun souvenir de m’avoir déjà vu, je peux pourtant affirmer, qu’en un sens elle se souvenait de moi puisque j’étais vraisemblablement le plus opiniâtre de ceux qui lui avaient posé des questions à cette occasion. J’espère, lecteur, que tu mesures mon « mérite », car sept ans s’étaient écoulés depuis l’événement, et entre temps E.M. avait vraisemblablement eu affaire à nombre d’étudiants casse-pieds, et participé à moult colloques avec leur cohorte de fâcheux en mode  » ce n’est pas vraiment une question mais plutôt une remarque ». Si je ne peux récuser l’image de casse-pied qui m’a été renvoyé par cet échange de souvenirs, je peux faire valoir pour ma défense que j’avais été passionné par cette intervention et que mon opiniâtreté tenait au désir sincère de clarifier un embarras intellectuel. D’ailleurs à peine rentrer chez moi, j’avais immédiatement commandé l’ouvrage dont elle avait fait l’éloge … ouvrage que je n’ai cependant toujours pas lu, le charme ayant eu le temps de retomber.