« De même que les artistes qui montrent parfois le plus de grâce ne sont pas ceux qui font métier de ne valoir que par cet endroit, mais les maîtres qui, des sommets de la force, se laissent tomber soudain, par une courbe exquise, jusqu’à la douceur, de même on pourrait dire de la délicatesse qu’elle n’est que la villa où viennent se reposer et se délasser ceux qui habitent les palais de la puissance. Les délicats qui ne sont rien de plus risquent toujours de finir tatillons, pointilleux, méticuleux. La délicatesse elle-même ne vaut tout son prix que lorsqu’elle est de temps en temps assainie, épurée et simplifiée par la grandeur d’âme. »

Abel Bonnard, L’amitié