Étiquettes

, , , ,

Le Projet Docteur Angélique et l'Institut Docteur Angélique : pour faire  découvrir l'Aquinate - InfoCatho
« Appelle moi simplement Angélique, laisse tomber Docteur, on est entre nous »

Corrigeant les explications d’un extrait de la Somme théologique, je m’amuse de voir certains élèves appeler l’auteur d’Aquin comme si c’était son nom de famille [correction suite à un commentaire] contrairement à l’usage[1]. Je ne m’attendais pas à cette confusion  désignation, qui n’a pourtant rien d’absurde ; elle est même plus compréhensible que l’erreur inverse qu’on rencontre quelques fois dans les copies : certains élèves s’acharnant à appeler l’auteur par son prénom, comme s’ils avaient été ensemble à l’école maternelle : « Auguste soutient une approche scientifique et je suis d’accord avec lui. »

Comme le disait Joubert, il ne faut pas se moquer de la naïveté car elle est « témoignage d’innocence ». Dans le 2nd cas mentionné, j’irai jusqu’à dire qu’elle a quelque chose d’intellectuellement vertueux (et c’est un légitimiste culturel acharné qui vous le dit) : désigner l’auteur par son prénom c’est un bon moyen de suspendre les effets d’autorité, d’enlever aux auteurs classiques leurs « grandes robes de pédants », comme disait Blaise [2]. Si l’on veut commenter les classique comme on discute avec un collègue de bureau, ainsi que le recommande les philosophes analytiques, ce serait même une pratique à encourager[3].

[1] A l’inverse, eussent-ils désigné saint Thomas comme « l’aquinate », (ainsi qu’on appelle parfois Aristote le stagirite) ils passaient pour des cuistres.

[2] « On ne s’imagine Platon et Aristote qu’avec de grandes robes de pédants. C’étaient des gens honnêtes et comme les autres, riant avec leurs amis. Et quand ils se sont divertis à faire leurs Lois et leurs Politiques ils l’ont fait en se jouant. C’était la partie la moins philosophe et la moins sérieuse de leur vie ; la plus philosophe était de vivre simplement et tranquillement. […] » Blaise Pascal, Pensées, Sellier 457, Lafuma 533

[3] Dans le même sens on peut signaler une pratique dont j’ai entendu parlé. Certains collègues demandent à leurs élèves de faire des explications de texte sous formes de lettres à l’auteur.