Étiquettes

, ,

Je ne suis pas particulièrement friand des mèmes « le monde vu par… », mais celui-ci m’amuse par son comique involontaire. Cette carte qui prétend faire rire du franco-centrisme fait plutôt rire de l’anglo-centrisme de son auteur. Qui d’autre qu’un britannique  peut s’imaginer que lorsqu’un français pense au Portugal, il pense – ne serait-ce qu’un instant – à un allié des anglais ? Les commentaires sur la Russie et l’Autriche témoignent d’ailleurs de la même projection de la grille de lecture de la rivalité historique franco-britannique sur la relation de la France aux autres pays européens. Dans d’autres cas (Allemagne, république tchèque, Turquie) ce sont les obsessions britanniques autour de l’UE qui sont projetées sur le point de vue français. 

Le mème « le monde vu part » peut avantageusement être renouvelé en passant au niveau méta (évidemment on ne m’a pas attendu pour cela). On peut envisager deux exercices :

– sur les cartes existantes jouer à identifier les biais liés au pays d’origine de l’auteur de la carte comme je viens de le faire avec cet exemple particulièrement simplet.

–  imaginer de nouvelles des cartes « le monde vu par X – vu par Y ». (quand on aura épuisé toutes les combinaisons on pourra passer au rang suivant).