Étiquettes

,

« Et un autre quai me revint en mémoire – neuf ans plus tôt ! – mais il était tard le soir – et nous étions loin – dans la province d’Oufa. Nous attendions un train, Serioja et moi. – L’automne était bien avancé. – je me souviens d’une mélancolie terrible née du sentiment de notre double abandon – vraiment au bout du monde ! -, de l’heure tardive, des sifflets, du quai désert. – Eh bien cet instant m’apparaît  aujourd’hu comme un instant de bonheur. – Qui sait, peut-être que dans neuf ans cet instant -ci de solitude sur le quai de Kountsevo apparaîtra aussi comme un instant de bonheur. »

Marina Tsvetaieva, Vivre dans le feu, p. 153