Étiquettes

,

Certes le sénateur McCarthy était un individu peu recommandable, mais enfin sans sa chasse au sorcière peut être que la chanson française n’aurait jamais pu enorgueillir de Joe Dassin?

« Joe Dassin et ses parents habitent New York puis Los Angeles où il apprend le piano, le banjo et la guitare auprès de sa mère. Son père [Jules Dassin] ayant brièvement appartenu au Parti communiste américain (jusqu’à la conclusion du pacte germano-soviétique) est dénoncé par un membre du parti, le réalisateur Edward Dmytryk, désireux de s’affranchir des soupçons qui pèsent sur lui, et cédant à la pression de la commission des activités anti-américaines. Aussi la famille s’expatrie en 1950 en Europe où elle déménage de nombreuses fois […] Supportant mal la séparation de ses parents en 1954, il décide de venger son père, chassé comme un paria, en regagnant les États-Unis. Il y finance ses études par différents jobs (plongeur dans un restaurant, chauffeur-livreur, testeur psychologique, DJ dans la radio WCX de Détroit) ou en interprétant, dans les cafés autour du campus ou lors de mariages, des airs de son chanteur préféré Georges Brassens, mais est trop timide pour chanter devant un vrai public. C’est en fréquentant le milieu musical qu’il fait la connaissance de Pete Seeger et Bob Dylan. »

source