Étiquettes

, ,

 

« Si les deux sœurs[1] recherchaient la compagnie masculine, c’était par fidélité à l’article de foi, ancré dans le cœur des familles de marins, suivant lequel, quand il s’agit de valeur personnelle, l’opinion de l’autre sexe est nécessaire. Demandez l’avis de quelqu’un de votre sexe sur votre compas de route ou votre équipage, sur votre cuisine ou votre jardin, mais s’il s’agit de savoir ce que vous valez, cette opinion-là, même si elle vient de votre meilleur ami, est nulle et sans importance. C’est à quelqu’un du sexe opposé qu’il faut vous adres­ser. Les vieux capitaines, qui ont doublé le cap Horn et essuyé des tempêtes par centaines, le savent bien. Il se peut qu’ils soient hautement respectés sur le pont ou au mess, et très honorés par leurs solides contempo­rains aux cheveux gris, mais ce sont finalement les jeu­nes filles qui décident s’ils méritent ou non qu’on s’oc­cupe d’eux. Les femmes des vieux marins en ont conscience aussi, qui prennent deux fois plus de peine pour donner bonne opinion d’elles aux jeunes gens et même aux tout jeunes. Cette théorie, ainsi que la faculté de porter un jugement rapide et incisif, au premier coup d’œil, s’est instaurée surtout dans les familles de marins[2], parce que les deux sexes ont la possibilité de s’observer de loin. Un marin ou une fille de marin jugeront une personne de l’autre sexe aussi rapidement et sûrement qu’un chasseur juge un cheval, un fermier, une tête de bétail et un soldat, son fusil. Dans les familles de pasteurs et de fonctionnaires, où hommes et femmes se retrouvent à table chaque jour, il se peut qu’ils se jugent fort bien sur le plan individuel, mais l’homme ignorera ce qu’est la femme, et la femme ne saura pas ce qu’est l’homme ; les arbres empêchent de voir la forêt. »

Karen Blixen, La soirée d’Elseneur, in Sept contes gothiques

[1] Il n’est pas sans intérêt de savoir qu’il s’agit de vieilles filles.

[2] Il est tentant d’opérer un rapprochement  avec ce personnage des Contes d’hiver qui attribue également aux marins une sagesse particulière.