Étiquettes

, ,

Roberto Rosselini, Allemagne année zéro

Le personnage qui parle est un ancien soldat de la Wehrmacht qui a combattu jusqu’au dernier moment et qui vit caché dans sa famille de peur d’être envoyé en camp de prisonnier.

Je ne suis pas convaincu qu’une personne dans cette situation se serait exprimée de cette manière. L’expression « victime du fascisme » me semble impliquer un point de vue extérieur : c’est pour les adversaires du IIIe Reich que le nazisme est une variante du fascisme.