On interdit de vendre à nos enfants de l’héroïne, de la cocaïne, du cannabis, ou même de l’alcool, et c’est heureux ; mais alors comment comprendre qu’on autorise de faire commerce de leçons d’équitation à destination d’enfants innocentes et sans défense ?