Étiquettes

,

[…]

Je ne sais pas si la vie est peu ou trop pour moi.
Je ne sais pas si je sens trop ou trop peu, je ne sais
Ce qui me manque : scrupule spirituel, point-d’appui de l’intelligence,
Consanguinité avec le mystère des choses, choc
Au moindre contact, sang affluant sous les coups, tressaillements au moindre bruit,
Ou s’il y a pour tout cela une autre explication plus commode et plus heureuse.

Quoi qu’il en soit, il eût mieux valu ne pas naître,
Parce que, aussi intéressante qu’elle soit à tout moment,
La vie finit par faire mal, par dégoûter, par couper, par frotter, par grincer,
par donner envie de crier, de rester par terre, de sortir
De toutes les maisons et de toutes les logiques, de sauter de tous les balcons,
De redevenir sauvage pour mourir parmi les arbres et l’oubli,
Parmi les déséquilibres, les dangers, et l’absence de lendemain,
Et tout cela aurait dû être quelque chose de plus conforme à ce que je pense,
A ce que je pense, ou à ce que je sens – et j’ignore ce que c’est, ô vie !
[…]

Fernando Pessoa, Passage des heures
Oeuvres poétiques d’Alvaro de Campos
trad. Michel Chandeigne et Pierre Léglise-Costa

Publicités