Étiquettes

,

Un homme qui rêve nous engage tous.
Soudain il nous révèle à nous-mêmes : aimant l’amitié et l’amour, la sieste l’après-midi, le vin frais le soir, le pain chaud et les paroles simples comme « merci d’exister », « grâce à la vie », les promenades au bord de l’eau, un enfant qui sourie, une belle poitrine de femme, un vent doux, une pluie fine, l’odeur du café le matin, un vieil homme riant avec sa petite-fille, le silence infini de la paix qui nous manque.

Tahar ben Jelloun, L’oeil de Boubat

Publicités