Étiquettes

, ,

« Croyez-moi, rien de tel que les heures fixes et la régularité pour conserver la paix de l’âme. J’ai effectué près de mille fois ce petit voyage matinal et cela ne m’empêche point de m’en réjouir un peu plus à chaque fois. Aussi — chose déplacée mais intéressante — j’ai fini par devenir une sorte d’horloge vivante. Je peux dire sans hésiter si nous avons deux, trois ou quatre minutes de retard et je n’ai jamais besoin de lever les yeux pour savoir où nous sommes.

Quant au parcours de Cannon Street à mon bureau, Il n’est ni trop long ni trop court, une saine petite promenade par les rues pleines de gens qui se rendent à leur travail avec la même assiduité que moi. Comme il est rassurant de circuler parmi ces êtres dignes de confiance et si respectables qui vont directement là où les appellent leurs occupations au lieu de traîner sans but dans les rues ! Leurs vies, comme la mienne, sont réglées comme les aiguilles d’une bonne montre et, très souvent, nos chemins se croisent à la même minute du jour, au même endroit.

[…]

La moitié au moins des visages que j’entrevois ainsi au cours de ma petite promenade me sont familiers à présent. Ce sont de bons visages, des visages à mon goût et qui appartiennent à des personnes de mon espèce. De braves gens, travailleurs et sains d’esprit, sans la moindre trace de ce petit air tourmenté que l’on trouve si souvent chez les spécimens dits intelligents qui cherchent à mettre le monde sens dessus dessous avec leurs gouvernements travaillistes, leurs assurances sociales et j’en passe. »

Roald Dahl, Foxley le galopant, in Bizarre ! Bizarre!

Publicités