Étiquettes

, , ,

On a vu la semaine dernière que l’alouette était présente dans l’œuvre de Haydn à travers l’arrangement d’un chant gallois Codiad yr ehedydd (L’envol de l’alouette), nous verrons cette semaine qu’elle a aussi donné son nom au Quatuor à corde Op.64 n°5 du compositeur autrichien. Les quatuors de Haydn n’ont pas reçu aussi  systématiquement des surnoms que ses symphonies. Celui qui nous occupe semble devoir son nom à une évocation des trilles de l’alouette par le premier violon dans le premier mouvement.

*

Le Catalogue d’oiseaux d’Olivier Messiaen fait place à deux espèces d’alouettes :

L’alouette lulu

L’alouette calandrelle

*

Nous en terminerons pour aujourd’hui avec l’alouette en écoutant The lark ascending du compositeur britannique Ralph Vaughan Williams. Cette « romance pastorale pour orchestre » est inspirée par le poème éponyme de George Meredith.

Publicités