Mots-clefs

,

le poème-frissons frissonne à l’idée qu’il consiste dans un processus de langage qui pourrait prétendre qu’en lui un processus de pensée s’est autonomisé de telle sorte que dans son processus de langage il frissonne à l’idée de frissonner le poème-frissons est fou de penser cela car comment peut-on à la seule idée de frisonner frissonner.

Oskar Pastior, Poèmepoèmes (Gedichtgedichte) 1973
trad. Philippe Marty

Publicités