Mots-clefs

, ,

jabes2« L’adhésion ou l’opposition à une œuvre sont, a priori, suspectes. Nous admirons ou condamnons ce que nous avons retenu d’un ouvrage ; c’est-à-dire l’ouvrage que nous en avons tiré et dont nous avons fait notre bien. D’où l’immense liberté que tout lecteur prend avec le livre ; mais celui-ci n’est jamais la propriété d’un seul. Sa soumission au lecteur n’est qu’apparente. D’être la proie de toutes les lectures possibles il n’est, en fin de compte, la proie d’aucune.

[…]

L’histoire littéraire n’est, d’une certaine manière, qu’une pauvre histoire de vengeance. Tantôt c’est le livre, porté par l’enthousiasme de quelques-uns, qui triomphe de l’ignorance ou de l’hostilité manifestées ailleurs à son égard ; tantôt c’est le lecteur, tourné vers de nouvelles œuvres plus proches de lui, qui fait table rase d’un passé parfois encombrant. »

Edmond Jabès, Le livre des marges
Livre de poche, p.18

Publicités