Mots-clefs

, ,

Pourquoi te démener, maudit ?
Que regardes-tu, le souffle coupé ?
Tu l’as compris : on a forgé
Pour nous deux une seule âme.

Oui, je te consolerai
Comme personne n’ose le rêver.
Et si tu me blesses d’un mot féroce,
Tu auras mal toi-même.

Anna Akhmatova, Anno domini
in Requiem, Poème sans héros et autres poèmes
trad. Jean Louis Backès,

*

Vaut-il mieux faire âme commune avec Anna Akhmatova ou cœur commun avec Izumi Shikibu ?

Publicités