Étiquettes

,

Je ne dors pas , je n’espère pas dormir.
Même dans la mort, je n’espère pas dormir.

Une insomnie m’attend, large comme les astres,
Et un bâillement inutile, long comme le monde.

Je ne dors pas ; je ne peux pas lire quand je me réveille la nuit,
Je ne peux pas écrire quand je me réveille la nuit,
Je ne peux pas penser quand je me réveille la nuit —.
Mon Dieu, je ne peux même pas rêver quand je me réveille la nuit !

Ah, l’opium d’être un autre !

Je ne dors pas, je gis, cadavre éveillé, sensible,
Et ma sensibilité n’est qu’une absence de pensée.
M’envahissent, méconnaissables, des choses qui ne me sont point arrivées.
— De toutes, je m’accuse et me repens ;
Oui, même de celles-ci je m’accuse et me repens ; je ne dors pas.

[…]

Aube, tu tardes tant … Viens …
Viens, inutilement,
M’apporter un autre jour pareil à celui-ci, qui sera suivi d’une autre nuit pareille à celle-là.
Viens m’apporter la joie de cette triste espérance,
Car tu es toujours joyeuse et toujours tu apportes l’espérance,
Si l’on en croit la vieille littérature sentimentale.

[…]

Fernando Pessoa
trad. Michel de Chandeigne et Pierre Léglise-Costa
Christian Bourgois.