Mots-clefs

, ,

Comme on l’a vu hier, Rousseau a beau critiquer sévèrement le Corbeau et le renard, il ne conteste pas que la leçon ait valu le fromage. On peut regretter qu’il n’ait pas cru bon d’examiner les conditions de vérité de cette affirmation. La leçon valait-elle n’importe quel fromage ? n’importe quelle quantité de fromage ? Je serai ravi de découvrir un commentaire de ce passage de la fable par un théoricien de la justice commutative. Comment déterminer le juste prix d’une leçon que le corbeau n’avait pas demandé de recevoir et a fortiori pas envisagé de payer ? En fonction de quels critères le corbeau peut-il considérer rétrospectivement qu’il n’a pas perdu au change? Il faut vraisemblablement comparer ce que lui a coûté cette leçon et les pertes futures qu’elle permettra d’éviter. On doit aussi se poser la question de la prise en compte de l’humiliation qui accompagne la leçon : à première vue elle représente un renchérissement de son coût, mais d’un autre côté elle contribue à rendre la leçon inoubliable, elle est ainsi constitutive de la qualité du service !

Publicités