Mots-clefs

, ,

Ma venue ne fut d’aucun  intérêt pour le monde ;
Mon départ n’augmentera en rien son honneur.
Mes deux oreilles n’ont jamais ouï de personne
La raison de cette venue et de ce départ.

Omar Khayyâm, Robâiyât, traduit du persan par Hassan Rezvanian

Publicités