Mots-clefs

,

Oh mon Dieu cette nuit tant de nuit dans mes yeux
Mama se dit Ya Ma et moi je dis ma mère
J’ai perdu mon burnous mon fusil mon stylo
Et je porte un prénom plus faux que mes façons
Oh mon Dieu cette nuit mais à quoi bon siffler
Peur tu as peur peur tu as peur peur tu as peur
Car un homme te suit comme un miroir atroce
Les copains à l’école et les rues les rigoles
Mais puisque je vous dis que je suis un Français
Voyez donc mes habits mon accent ma maison
Moi qui fait d’une race une profession
Et qui dis Tunisien pour parler d’un marchand
Moi qui sais que le juif est un mauvais soldat
Indigène ? Allons donc, ma sœur n’a pas le voile
Au lycée n’ai je pas tous les prix de français
De français de français de français … en français

Oh mon Dieu cette nuit tant de nuit dans mes yeux

Un jour c’était Huit Mai ! …

Alors tourne la Terre
Et grondez le tonnerres
Mes erreurs j’ai laissé
Au fond de mes tombeaux
Un jour c’était huit Mai
Mais quel prix pour comprendre
Et que de professeurs pour pareille leçon
Et que de musiciens pour aimer la musique !
Un jour c’était Huit Mai ! …

[…]

Malek Haddad, La longue marche, in Le malheur en danger

Publicités