Mots-clefs

,

Dans l’article où ils expliquent leur canular des Badiou studies, Anouk Barberousse et Philippe Huneman précisent qu’ils se sont amusés à jouer Laruelle contre Badiou, ce qu’ils présentent de la manière suivante :

« pour ce qui nous concerne en tout cas, la « philosophie » de Laruelle nous semble encore plus insensée que celle de Badiou : aucun de nous ne peut donner sens aux affirmations selon lesquelles l’Un est oublié de la philosophie, qu’il n’est ni divisible ni indivisible, qu’il est aussi bien Un que Autre, qu’il est forclos dans ou par la pensée – soit les thèses séminales de la « non-philosophie » – et encore moins d’entrevoir les raisons de ces thèses. »

Ce choix  m’interpelle – comme on disait jadis – car il se trouve que j’ai suivi les cours de François Laruelle, et qu’il a même été mon directeur de mémoire. Cette douloureuse confession faite, je peux préciser que non seulement je partage aujourd’hui le jugement  de Barberousse et Huneman  mais, qu’à l’époque déjà, la non-philosophie ne faisait pour moi aucun sens. J’ai eu, à ma petite échelle d’étudiant passant ses partiels, l’occasion de faire cette expérience de la production consciente de non-sens dont parlent Barberousse et Huneman. Je ne peux que me féliciter de la souplesse dont faisait preuve le Laruelle correcteur de copies (de manière générale il semblait accorder assez peu d’importance aux formes académiques) : ainsi il n’était pas nécessaire de comprendre sa pensée pour décrocher la moyenne. Mon effort pour comprendre n’a peut être pas été suffisant puisque je n’ai lu que les Principes de non-philosophie. Je me souviens avoir été très déçu par cette lecture :  le titre m’avait fait espérer une présentation axiomatique qui m’aurait aidé – dans la perspective du partiel – à faire fonctionner le système à défaut de trouver un sens aux énoncés et de saisir la portée du propos. La fascination que Laruelle semblait exercer sur certains de mes condisciples me laissait perplexe ; je suppose qu’elle tenait au fait, qu’à la différence des autres professeurs il ne faisait pas des cours d’histoire de la philosophie, mais enseignait sa propre pensée. J’ai plus de mal à comprendre l’intérêt qu’il a pu susciter auprès de gens qui n’ont pas été ses étudiants. J’ai été très surpris de découvrir qu’il était récemment traduit et commenté outre-atlantique.

Publicités