Mots-clefs

,

C’est l’intéressante question que soulève Elisabeth Jacquet au détour de sa plaisante fiction Mon mari et moi (53’15 ») diffusée il y a un mois sur France Culture.

L’auteure suggère que le seul moyen de donner sens à l’idée de relation extraconjugale avec son conjoint, c’est d’envisager un trio : les conjoints s’entendant pour faire participer un (ou des ) tiers à leurs ébats. On pourrait chipoter sur ce cas : si l’établissement de cette relation résulte d’une volonté conjointe, peut-on vraiment la qualifier d’extraconjugale ?

On pourrait envisager une autre manière de comprendre l’expression « relation extraconjugale avec son conjoint ». Il s’agirait, à la différence de la présentation donnée par Elisabeth Jacquet, de considérer que le caractère extraconjugal d’une relation tient à l’intention de celui qui noue cette relation plutôt qu’à la réalité de la personne avec qui on est en relation. Cette interprétation pourrait s’autoriser de l’équivalence ordinairement admise entre « entretenir une relation extraconjugale  » et « tromper son conjoint ». On peut considérer que le mensonge est affaire d’intention ;  ainsi, c’est mentir que de dire quelque chose qu’on pense faux avec l’intention de le faire croire vrai, quand bien même on dirait, sans le savoir quelque chose de vrai. On pourrait dire, de la même manière, qu’entretient une relation extraconjugale avec son conjoint celui (celle) qui flirterait (ou coucherait) avec une personne qui se trouve être son conjoint, mais sans savoir que c’est son conjoint, c’est à dire en croyant et désirant avoir une relation avec un tiers. Un scénario de ce genre est au cœur de l’intrigue de l’opéra de Mozart Cosi fan tutte, où deux officiers napolitains entreprennent, sous un déguisement,  de séduire leurs propres fiancées pour mettre à l’épreuve leur fidélité.  On peut même envisager que deux conjoints cherchant chacun de leur côté une aventure extraconjugale sur un site de rencontre s’y retrouvent appariés : chacun aurait alors une relation extraconjugale avec l’autre (alors que dans Cosi fan tutte il y a asymétrie de l’extraconjugalité).

Publicités