Étiquettes

, , , , ,

Le ministre israélien de l’éducation vient d’écarter de l’enseignement des lycées Gader Haya , un roman de Dorit Rabinyan qui met en scène une histoire d’amour entre une israélienne et un palestinien. Peut-être après tout n’est ce qu’un ouvrage sans qualité littéraire et dégoulinant de bons sentiments … mais le souci de faire prévaloir un haut degré d’exigence littéraire ne semble pas le motif principal de la décision du ministre  :

« Among the reasons stated for the disqualification of Dorit Rabinyan’s “Gader Haya” (literally “Hedgerow,” but known in English as “Borderlife”) is the need to maintain what was referred to as “the identity and the heritage of students in every sector,” and the belief that “intimate relations between Jews and non-Jews threatens the separate identity.” The Education Ministry also expressed concern that “young people of adolescent age don’t have the systemic view that includes considerations involving maintaining the national-ethnic identity of the people and the significance of miscegenation.” »
Source : Haaretz

Une telle décision devrait réjouir l’égérie du PIR, Houria Bouteldja, qui partage avec ses adversaires-complices les identitaires juifs ou « souchiens » le souci de résister à l’injonction au métissage :

« La perspective décoloniale, c’est s’autoriser à se marier avec quelqu’un de sa communauté. Rompre la fascination du mariage avec quelqu’un de la communauté blanche. C’est tout sauf du métissage — une notion que je ne comprends pas d’ailleurs, je ne sais pas ce que c’est. Pour des générations de femmes et d’hommes, je parle surtout des maghrébins, le mariage avec un blanc était vu comme une ascension sociale. Pour les filles, les hommes blancs étaient vus comme moins machos que les arabes ; pour les garçons, une fille blanche, c’était une promotion. La perspective décoloniale, c’est d’abord de nous aimer nous-même, de nous accepter, de nous marier avec une musulmane ou un musulman, un noir ou une noire. Je sais que cela semble une régression, mais je vous assure que non, c’est un pas de géant. »

Source : Vacarme

Publicités