Étiquettes

, , ,

 » James réplique à Clifford que nous ne savons réellement que de façon tout à fait exceptionnelle pourquoi au juste nous croyons ce que nous croyons, même quand il s’agit de croyances réputées scientifiques, autrement dit, de l’espèce en principe la plus honnête que l’on puisse concevoir. Orwell cite, à ce propos, une affirmation pour le moins déconcertante de Bernard Shaw : « Bernard Shaw fait observer quelque part  – je crois que c’est dans sa préface à Saint Joan – que nous sommes aujourd’hui plus crédules et superstitieux qu’au Moyen-Age, et il donne en exemple de la crédulité moderne la croyance largement répandue selon laquelle la terre est ronde. L’homme ordinaire ne peut, selon Shaw, avancer un seul argument en faveur de la rotondité de la terre. Il ne fait sienne cette théorie que parce qu’il y a quelque chose en elle qui séduit la mentalité du XXe siècle. »

Jacques Bouveresse, Peut-on ne pas croire? p. 93 -94

Je ne sais pas s’il est vrai que l’homme ordinaire ne peut, comme le soutient Shaw, avancer le moindre argument en faveur de la rotondité de la terre [1], mais je sais que l’homme cinglé peut lui avancer 200 preuves que la Terre est plate [2].

[1] En fait je pense que l’affirmation de Shaw est aujourd’hui tout simplement fausse.

[2] J’ai découvert ce site, qui ne semble pas être une parodie (ou alors il y a des gens qui ont beaucoup de temps à consacrer à ce genre d’exercice de style !) grâce au Slate Star codex. L’auteur de The atlantean conspiracy ne croit, évidemment, pas non plus aux dinosaures.  Là vous vous dites que ça doit être une sorte de créationniste extrémiste (plus radical encore que le young earth creationism, le flat earth creationism) … et bien c’est plus compliqué que ça, parce qu’il semble que pour lui, le christianisme aussi soit le produit d’un complot.

Publicités