Étiquettes

,

Par des moyens qu’il m’est impossible de vous révéler sans risquer de griller ma source, j’ai réussi à me procurer les sujets de l’épreuve de philosophie du bac 2015. Je vous livre en exclusivité aujourd’hui les sujets de la série L. Rien que de très classique, avec une nette inspiration germanique, comme vous pourrez en juger.

Terminale L

Dissertation 1

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?

Dissertation 2

Comment des jugements synthétiques a priori sont-ils possibles ?

Explication de texte

« Que l’individu vivant se configure dans soi-même, par là il se tend contre son présupposer originaire, et se place, comme sujet étant en et pour soi, en face du monde objectif présupposé. Le sujet est la fin à soi, le concept qui a son moyen et sa réalité subjective en l’objectivité à lui soumise ; par là il est constitué comme l’idée étant en et pour soi et comme l’autonome essentiel, en regard duquel le monde extérieur présupposé a seulement le valeur d’un négatif et d’un inautonome. Dans son sentiment de soi, le vivant a cette certitude de la nullité étant en soi de l’être-autre qui se tient en face de lui. Sa tendance est le besoin de sursumer cet être-autre, et de se donner la vérité de cette certitude. L’individu, entendu comme sujet, n’est d’abord que le concept de l’idée de la vie ; son processus subjectif dans soi, dans lequel il se nourrit de lui-même, et l’objectivité immédiate qu’il pose comme moyen naturel, conformément à son concept, est médiatisé par le processus qui se rapporte à l’extériorité complètement posée, à la totalité objective qui se tient à côté de lui de façon indifférente. »

G.W.F. HEGEL, Science de la logique

Publicités