Étiquettes

,

Tu es enseignant.

Les beaux-jours sont de retour.

Tu te dis que tu serais mieux dehors que dans cette salle qui embaume la transpiration depuis 9 h le matin.

Tu te dis que le prof le plus cool du lycée ça pourrait être toi.

Tu es tenté de répondre favorablement à l’élève qui suggère de faire cours dehors.

Je te conjure de n’en rien faire.

Céder à cette tentation c’est marquer d’une tache indélébile ta réputation dans ton établissement aussi certainement que d’être vu par des élèves dans un magasin de sex toys.

Tous les ans, toutes les classes, à chaque fois qu’il y aura le moindre rayon de soleil, ils te harcèleront  : « et pourquoi on ferait pas cours dehors … vous l’avez déjà fait avec d’autres … pourquoi pas nous ? … Vous nous aimez pas ? »

Et les bénéfices pédagogiques de faire cours dehors me diras-tu?

Eh bien à moins d’être prof de SVT et de souhaiter avoir son objet d’étude sous la main, il n’y en a pas.

Et franchement, qui peut croire que, si Aristote avait disposé  d’un vidéo-projecteur, on désignerait aujourd’hui son école par le terme de péripatétisme?

Antal Strohmayer - Le jardin des philosophes - 1834

Antal Strohmayer – Le jardin des philosophes – 1834

*

Si en dépit de mes avertissements tu es prêt à courir le risque, aie conscience que tu t’engages sur une pente glissante et que la prochaine étape pourrait être de ce genre [1].

[1] Si cette dernière proposition vous enchante, je vous invite à découvrir ce court-métrage d’Olivier Smolders).

Publicités