Étiquettes

, ,

J’avais cité et commenté ici un texte de Lichtenberg traitant d’un motif d’adhésion à la philosophie kantienne. Il examine ces conditions d’adhésion sous un angle différent dans le texte suivant :

« Il est possible que plusieurs aspects de la philosophie kantienne ne soient jamais compris en totalité et que chacun croie que l’autre l’entend mieux que lui, se satisfaisant ainsi d’une idée vague ou bien croyant parfois à sa propre incapacité d’y voir aussi clair qu’un autre. »

Lichtenberg, Le miroir de l’âme, [L. 225] p. 537

 

Publicités