Étiquettes

,

L’année dernière j’avais rendu hommage au doigté des harpistes, mais je n’avais pas parlé de la harpe paraguayenne. Il était temps de réparer cet oubli.

Luis Bordón

*