Étiquettes

, ,

« Quand il philosophait, il jetait habituellement un agréable clair de lune sur toutes choses ce qui, à tout prendre, était plaisant, mais ne montrait rien distinctement. »

Lichtenberg, Le miroir de l’âme [L.320] p. 543

*

Je m’étais déjà intéressé à une application de la métaphore lunaire à l’activité intellectuelle chez Joubert. Cette fois encore il me semble que l’image fait sens en vertu d’un contraste implicite avec la métaphore solaire ; c’est à la qualité spécifique de la lumière lunaire que font appel nos auteurs. Mais, tandis que chez Joubert l’accent était mis sur la vertu de l’astre éclairant, ici c’est plutôt la visibilité des objets éclairés qui intéresse Lichtenberg.

Publicités