Étiquettes

, , , ,

Tu viens de te faire larguer? Quelle chance tu as!

*

« Le grand charme d’un amour malheureux, c’est qu’il nous appartient tout à fait. C’est une création de notre cœur, et celle même qui en a été le prétexte perd, en refusant d’entrer dans notre destin, le pouvoir de gâter cette femme rêvée par nous à sa ressemblance et qui peut très bien finir par ne plus lui ressembler du tout. Ainsi un amour malheureux, ayant d’abord été quelque chose d’incomplet, peut devenir quelque chose d’infini. »

Abel Bonnard, L’amour et l’amitié  (trouvé ici)

*

« Ma chère amie,

Tu as pris seule une décision qui nous concernait tous les deux. Je t’écris pour t’informer que je n’ai pas pris la même résolution que toi.
Je continue, jour après jour, à vivre avec toi, à chérir tes cheveux, à m’illuminer de l’abondance de tes yeux.
Je m’aperçois, au fil du temps, que je n’ai pas besoin de toi pour profiter de toi.
Les moments que nous avons vécus ensemble m’ont donné un capital d’informations suffisant pour gérer notre relation jusqu’à la fin de mes jours.
Tu n’es plus là, simplement pour troubler l’harmonieuse façon avec laquelle je profite de toi.
Tes propos venimeux n’encombrent plus l’amour que je te voue. Ta présence physique grossière ne pèse plus sur les sentiments de notre couple.
En me quittant tu as débarrassé notre histoire de ta mauvaise humeur, de tes plaintes mesquines, de tes reproches paranoïaques, de ton narcissisme constitutionnel.
Tu as enlevé de notre histoire ton histoire.
Et tu sais que je jouis de toi, maintenant, dans la fumée idéale de l’absence, tandis que toi, mariée à toi- même pour le pire, te trouve aujourd’hui sans issue.
Et quand tu rêves d’être heureuse, seule dans ton petit appartement sophistiqué, c’est mon bonheur que tu vois, car tu sais que je suis avec toi désormais pour la vie.
Et si tu te dresses, haineuse, dans ton refus, c’est bien parce qu’il ne te reste que la pire partie de nous-mêmes, celle dont tu m’as soulagé.

Bonne chance. »

Jean-Luc Coudray, Lettres d’engueulade, L’arbre vengeur, 2011, p. 1717 – 172

Publicités