Étiquettes

, ,

« Dans une lettre de 1913 adressée à son ami le peintre futuriste Gino Severini, Filippo Tommaso Marinetti, poète moustachu à la voix rauque, lui annonce fièrement qu’il existe « un art de faire des manifestes et je le possède ». […] Avec une quarantaine de manifestes nés pour la cause futuriste entre 1909 et 1929, Marinetti semble en effet en maîtriser les règles. dans une lettre adressée au poète belge Henry Maassen sans doute au tournant de l’année 1909, il écrit : « ce qui est essentiel dans un manifeste, c’est l’accusation précise, l’insulte bien définie. […] Tout cela en précisant les accusations par quelques détails ou anecdotes et des noms surtout. Il faut donc de la violence et de la précision ; le tout très courageusement. »

Antje Kramer, Les grands manifestes de l’art des XIXe et XXe siècles

Manifestes futuristes

Vous reprendrez bien un manifeste

 *

Manifeste du futurisme

1. Nous voulons chanter l’amour du danger, l’habitude de l’énergie et de la témérité.
2. Les éléments essentiels de notre poésie seront le courage, l’audace et la révolte.
3. La littérature ayant jusqu’ici magnifié l’immobilité pensive, l’extase et le sommeil, nous voulons exalter le mouvement agressif, l’insomnie fiévreuse, le pas gymnastique, le saut périlleux, la gifle et le coup de poing.
4. Nous déclarons que la splendeur du monde s’est enrichie d’une beauté nouvelle: la beauté de la vitesse. Une automobile de course avec son coffre orné de gros tuyaux, tels des serpents à l’haleine explosive… une automobile rugissante, qui a l’air de courir sur de la mitraille, est plus belle que la Victoire de Samothrace.
5. Nous voulons chanter l’homme qui tient le volant, dont la tige idéale traverse la terre, lancée elle-même sur le circuit de son orbite.
6. Il faut que le poète se dépense avec chaleur, éclat et prodigalité, pour augmenter la ferveur enthousiaste des éléments primordiaux.
7. Il n’y a plus de beauté que dans la lutte. Pas de chef-d’œuvre sans un caractère agressif. La poésie doit être un assaut violent contre les forces inconnues, pour les sommer de se coucher devant l’homme.
8. Nous sommes sur le promontoire extrême des siècles! …. A quoi bon regarder derrière nous, du moment qu’il nous faut défoncer les vantaux mystérieux de l’impossible? Le Temps et l’Espace sont morts hier. Nous vivons déjà dans l’absolu, puisque nous avons déjà créé l’éternelle vitesse omniprésente.
9. Nous voulons glorifier la guerre, – seule hygiène du monde, – le militarisme, le patriotisme, le geste destructeur des anarchistes, les belles Idées qui tuent et le mépris de la femme.
10. Nous voulons démolir les musées, les bibliothèques, combattre le moralisme, le féminisme et toutes les lâchetés opportunistes et utilitaires.
11. Nous chanterons les grandes foules agitées par le travail, le plaisir ou la révolte; les ressacs multicolores et polyphoniques des révolutions dans les capitales modernes; la vibration nocturne des arsenaux et des chantiers sous leurs violentes lunes électriques; les gares gloutonnes avaleuses de serpents qui fument; les usines suspendues aux nuages par les ficelles de leurs fumées; les ponts aux bonds de gymnastes lancés sur la coutellerie diabolique des fleuves ensoleillés; les paquebots aventureux flairant l’horizon; les locomotives au grand poitrail qui piaffent sur les rails, tels d’énormes chevaux d’acier bridés de longs tuyaux et le vol glissant des aéroplanes, dont l’hélice a des claquements de drapeaux et des applaudissements de foule enthousiaste.

Ce premier manifeste du futurisme fut publié dans le Figaro du 20 février 1909.

Figaro Futurisme*

La prétention de Marinetti à maîtriser l’art du manifeste ne me semble pas infondée. En tous cas, ce texte m’avais particulièrement frappé quand, je l’ai découvert dans le  mémorable manuel de philosophie de F. Khodoss et L. Hansen-Løve. En dépit de ce que je savais du ralliement de Marinetti au fascisme, et malgré le goût que j’avais déjà pour les vielles-pierre qui aurait dû me faire trouver odieux le projet de « démolir les musées et les bibliothèques », j’avais commencé à apprendre ce texte par cœur.  Je crois que ce qui fait sa force c’est l’harmonie entre la forme « coup-de-poing » du manifeste et le contenu futuriste qui prétend magnifier « la gifle et le coup de poing ».

Dans l’article du Figaro, le manifeste en 12 points est précédé d’un préambule et suivi d’une sorte de commentaire qui mérite aussi d’être cité.

C’est en Italie que nous lançons ce manifeste de violence culbutante et incendiaire, par lequel nous fondons aujourd’hui le Futurisme, parce que nous voulons délivrer l’Italie de sa gangrène de professeurs, d’archéologues, de cicérones et d’antiquaires.
L’Italie a été trop longtemps le marché des brocanteurs qui fournissaient au monde le mobilier de nos ancêtres, sans cesse renouvelé et soigneusement mitraillé pour simuler le travail des tarets vénérables. Nous voulons débarrasser l’Italie des musées innombrables qui la couvrent d’innombrables cimetières.
Musées, cimetières!… Identiques vraiment dans leur sinistre coudoiement de corps qui ne se connaissent pas. Dortoirs publics où l’on dort à jamais côte à côte avec des êtres haïs ou inconnus. Férocité réciproque des peintres et des sculpteurs s’entre-tuant à coups de lignes et de couleurs dans le même musée.
Qu’on y fasse une visite chaque année comme on va voir ses morts une fois par an! … Nous pouvons bien l’admettre!… Qu’on dépose même des fleurs une fois par an aux pieds de la Joconde, nous le concevons!… Mais que l’on aille promener quotidiennement d¬ans les musées nos tristesses, nos courages fragiles et notre inquiétude, nous ne l’admettons pas!…
Admirer un vieux tableau, c’est verser notre sensibilité dans une urne funéraire au lieu de la lancer en avant par jets violents de création et d’action. Voulez-vous donc gâcher ainsi vos meilleures forces dans une admiration inutile du passé, dont vous sortez forcément épuisés, amoindris, piétinés?
En vérité, la fréquentation quotidienne des musées, des bibliothèques et des académies (ces cimetières d’efforts perdus, ces calvaires de rêves crucifiés, ces registres d’élans brisés!…) est pour les artistes ce qu’est la tutelle prolongée des parents pour des jeunes gens intelligents, ivres de leur talent et de leur volonté ambitieuse.
Pour des moribonds, des invalides et des prisonniers, passe encore. C’est peut-être un baume à leurs blessures, que l’admirable passé, du moment que l’avenir leur est interdit … Mais nous n’en voulons pas, nous, les jeunes, les forts et les vivants futuristes!
Viennent donc les bons incendiaires aux doigts carbonisés!… Les voici! Les voici!… Et boutez donc le feu aux rayons des bibliothèques! Détournez le cours des canaux pour inonder les caveaux des musées!… Oh! qu’elles nagent à la dérive, les toiles glorieuses! A vous les pioches et les marteaux!… sapez les fondements des villes vénérables.
Les plus âgés d’entre nous ont trente ans: nous avons donc au moins dix ans pour accomplir notre tâche. Quand nous aurons quarante ans, que de plus jeunes et plus vaillants que nous veuillent bien nous jeter au panier comme des manuscrits inutiles!… Ils viendront contre nous de très loin, de partout, en bondissant sur la cadence légère de leurs premiers poèmes, griffant l’air de leurs doigts crochus, et humant, aux portes des académies, la bonne odeur de nos esprits pourrissants déjà promis aux catacombes des bibliothèques.
Mais nous ne serons pas là. Ils nous trouveront enfin, par une nuit d’hiver, en pleine campagne, sous un triste hangar pianoté par la pluie monotone, accroupis près de nos aéroplanes trépidants, en train de chauffer nos mains sur le misérable feu que feront nos livres d’aujourd’hui flambant gaiement sous le vol étincelant de leurs images.
Ils s’ameuteront autour de nous, haletants d’angoisse et de dépit, et, tous, exaspérés par notre fier courage infatigable, s’élanceront pour nous tuer, avec d’autant plus de haine que leur cœur sera ivre d’amour et d’admiration pour nous. Et la forte et la saine Injustice éclatera radieusement dans leurs yeux. Car l’art ne peut être que violence, cruauté et injustice.
Les plus âgés d’entre nous n’ont pas encore trente ans, et pourtant nous avons déjà gaspillé des trésors, des trésors de force, d’amour, de courage et d’âpre volonté, à la hâte, en délire, sans compter, à tour de bras, à perdre haleine.
Regardez-nous! Nous ne sommes pas essoufflés… Notre cœur n’a pas la moindre fatigue! Car il s’est nourri de feu, de haine et de vitesse! Cela vous étonne? C’est que vous ne vous souvenez même pas d’avoir vécu! – Debout sur la cime du monde, nous lançons encore une fois le défi aux étoiles!
Vos objections? Assez! assez! Je les connais! C’est entendu! Nous savons bien ce que notre belle et fausse intelligence nous affirme. – Nous ne sommes, dit-elle, que le résumé et le prolongement de nos ancêtres. – Peut-être! soit!… Qu’importe?… Mais nous ne voulons pas entendre! Gardez-vous de répéter ces mots infâmes! Levez plutôt la tête!
Debout sur la cime du monde, nous lançons encore une fois le défi insolent aux étoiles!

Publicités