Étiquettes

, ,

Petit retour, avec un angle nouveau, sur le thème de l’anticipation des malheurs abordé le week-end dernier.

« Des maux inévitables et qu’on a de cesse de prévoir et qui n’arrivent qu’une fois. Quand ils sont arrivés et qu’on les a soufferts, on sent quelque soulagement : on n’a plus du moins à les craindre. »

Joseph Joubert, 31 décembre 1801, Carnets I, p. 439

Publicités