Étiquettes

,

« Alan Tipett observait également que même quand les armes à feu étaient très répandues, « les guerriers [fidjiens]  combattaient toujours avec des massues, et le désir de tout jeune guerrier n’était pas de tuer avec un fusil mais avec une massue afin de devenir un Koroi, un Visa ou peut-être un Waqa« , termes retraçant les étapes d’une hiérarchie guerrière dans laquelle les hommes étaient supposés progresser en fonction du nombre d’ennemis tués – aujourd’hui le plus courant de ces titres de tueur, koroi, désigne un titre universitaire. »

Marshall Sahlins, La découverte du vrai sauvage,
Gallimard, p. 160

 *

Après s’être extasié sur le délicieux exotisme des titres universitaires fidjiens, on se rappellera qu’un bachelier était au Moyen-Age un aspirant chevalier.

Publicités