Étiquettes

, ,

« J’avoue que j’ai considéré, et que j’ai traité la poésie en homme qui voit sans cesse qu’elle ne satisfait pas à soi seule à toutes les passions de l’esprit, ni à ses besoins de fonctionnement divers. On sait combien souvent et malheureusement elle touche à la niaiserie.  Les éclairs trop souvent n’illuminent que des terrains vagues. »

Paul Valéry, Ego scriptor, p. 174

*

« Sottise et poésie

Nous sommes obligés de parler de fleurs, d’user de roses, d’étoiles, de faire des choses bêtes sur l’amour – la mort, la mer, etc.
ou d’exagérer…
ce faire trop noble, trop beau, trop énergique, trop pur, trop naïf, trop révolté, trop triste, trop tendre…
et si l’on se passe de ces moyens

Peut-être que le peu de poésie des Français s’explique par ce qu’ils sont le moins enfant des peuples – le moins crédule – et celui qui ne pense pas grandement mais sûrement (ou sûrement à son avis -). »

Paul Valéry, Poésie, in Ego scriptor, p. 114

*

« Sur certains vers :

Et j’en sais d’immortels qui sont de purs nigauds. »

ibid. p. 116