Étiquettes

, ,

 

« Un matin que venait de tomber une fort jolie neige, comme une affaire m’obligeait d’écrire une lettre à quelqu’un, et que je n’y avais soufflé mot de l’événement, la réponse m’arriva : « D’un brutal qui ne daigne point consacrer une ligne à ce qu’il éprouve devant cette neige, comment complaire à la requête? Décidément votre cœur me fait peine! » N’est-ce pas là un mot charmant? Cette personne, aujourd’hui n’est plus ; aussi ne saurais-je oublier même un si menu trait »

Urabe Kenkô, Les heures oisives, XXXI

*

Il est vrai que les commentaires météorologiques ont, aujourd’hui encore, un rôle important dans les relations sociales : c’est par excellence le sujet de conversation qui permet d’éviter les silences gênants. Mais on conviendra que nous ne nous livrons pas aux mêmes assauts de subtilité autour de ce thème.

Publicités