Étiquettes

, ,

« Cette tendresse qui sans cesse se satisfait, et celle qui se modère et se réprime. La première s’épuise par ses propres contentements, la seconde se nourrit et s’accroît par ses privations mêmes. »

Joseph Joubert, 12 novembre, Carnets I, p. 431

*

Je ne sais pas si Joubert a raison, mais, même si c’était le cas, cela ne m’empêcherait pas d’apprécier le spectacle d’une expression de tendresse sans modération :

Publicités