Étiquettes

, , ,

« Du plaisir que les hommes goûtent à se sentir instruire. Il suffirait à leur bonheur. En être cause devrait aussi suffire à notre ambition. Mais nous voulons éblouir. Il ne nous suffit pas d’êtres chéris, d’être utiles. Une douce lumière imperceptiblement insinuée dans les esprits y porte une joie qui s’augmente par la réflexion. Luisons comme la lune renonçons à trop de splendeur. »

Joseph Joubert, 22 février 1803, Carnets I p.517

*

A la lecture de cet aphorisme on se dit que cela ne doit pas être un hasard si cet auteur contemporain qui prétend développer une  philosophie solaire est un personnage médiatique aussi vaniteux.

Contre la philosophie solaire, je propose de défendre la philosophie lunaire … il ne reste plus qu’à définir exactement ce que cela veut dire!

Si on file la métaphore, on peut déjà dire qu’un philosophe lunaire a ses phases, il a son côté sombre et sa face cachée (les deux ne doivent pas être confondus, ils ne coïncident que lors d’une phase) … bien sûr, il faudra se demander quel soleil permet aux philosophes lunaires de luire.

*

Ajout du 29 /07 /14

Un exemple d’esprit « lunaire » selon Joubert :

« Fénelon est une lune. Son éclat est d’emprunt et toute sa lumière est pâle. »

5 août 1806, Carnets II, p. 139