Étiquettes

, ,

J’ai déjà évoqué le poète allemand Reiner Kunze. Pour l’instant je ne connais de lui que le recueil intitulé Un jour sur cette terre dans la traduction française de Mireille Gansel (éditions Cheyne). Il y a dans ce recueil un thème qui revient de manière frappante et que le titre de cet article cherchait à suggérer.

*

auf dem friedhof von o.

für Elisabeth

Eine enge, als neideten die gräber
einander die erde

Keine bank, deren lehne dann dir oder mir
ein flügel werden könnte

1978

Protestantischer-Friedhof-in-Rom

Au cimetière de O.

pour Elisabeth

Une exiguïté comme si les tombes se jalousaient
la terre

Pas un seul banc dont le dossier pourrait alors
nous devenir une aile
à toi ou à moi

*

liebesgedicht nach dem start
oder
mit dir im selben flugzeug

Sieh den schatten auf der erde den winzigen schatten der
mit uns fliegt

So bleibt die gröβte unserer ängste
unter uns zurück

Nie ist die wahrscheinlichkeit geringer daβ der eine
viel früher als der andere stirbt

1980

Reiner Kunze 1978

Reiner Kunze 1978

Poème d’amour après le décollage
ou
avec toi dans le même avion

Vois l’ombre sur la terre l’ombre minuscule qui
vole avec nous

De même la plus grande de nos peurs nous la laissons
au dessous de nous

Jamais n’est plus infime la vraisemblance que l’un
meure bien avant l’autre

*

bittgedanke, dir zu füssen

Stirb früher als ich, um ein weniges
früher

Damit nicht du
den weg zum haus
allein zurückgehn muβt

1983

Reiner et Elisabeth Kunze

Reiner et Elisabeth Kunze

Pour toi, en hommage, cette demande en pensée

Meurs avant moi, juste un peu
avant

Afin que ce ne soit pas toi
qui aies à revenir seule
sur le chemin de la maison

*

spaziergang zu allen jahreszeiten

für E.

Noch arm in arm
entfernen wir uns voneinander

Bis eines wintertags
auf dem ärmel des einen
nur Schnee sein wird

1998

Promenade en toute saison

pour E.

Encore bras dessus bras dessous
nous nous éloignons l’un de l’autre

Jusqu’à ce qu’un jour d’hiver
sur la manche de l’un
il y aura seulement de la neige

*

Je ne me sens pas capable de commenter intelligemment ces poèmes, je ferai juste quelques remarques éparses.

A ceux qui feraient valoir qu’il est normal, l’âge venant d’être préoccupé par ce sujet, je ferai remarquer que Reiner Kunze est né en 1933 et que les deux premiers poèmes portant sur ce thème datent de 1978 et 1980, soit quarante cinq et quarante sept ans, ce qui est encore jeune …

On peut également préciser qu’il y a plusieurs autres poèmes dans le recueil qui évoquent des cimetières où la mort d’amis (si vous cherchiez une idée de cadeau pour des amis gothiques …).

Je me demande, un peu niaisement, si beaucoup de gens ont la même pensée quand ils prennent l’avion en couple que Reiner et Elisabeth … peut-être chers lecteurs ne prendrez-vous plus l’avion de la même manière maintenant que votre attention a été attirée sur ce point.

Quelle étonnante manière de dire son amour que de formuler le souhait qu’exprime le poème « bittgedanke, dir zu füssen »!Je serai bien en peine de dire de quel genre de qualités il faut faire preuve pour oser  formuler un tel souhait – pour de telles raisons, s’entend -.

Publicités