Étiquettes

, ,

Georg Wilhelm Friedrich jeune

Georg Wilhelm Friedrich jeune

Évoquant samedi dernier les philosophes qui pontifient hors de leur domaine de compétence, j’ai donné comme exemple Alain Finkielkraut ou Michel Onfray, mais me rendant compte qu’il était trop facile de les prendre comme têtes de turc, j’ai voulu ajouter Hegel et ses considérations sur le nombre de planètes. Un scrupule m’a fait chercher la source, le titre de l’œuvre de jeunesse dans laquelle Hegel, d’après ce que j’avais lu, avait  affirmé qu’il était impossible qu’il y ait plus de six planètes, alors même qu’Herschel venait de découvrir Uranus. Bien m’en a pris, car non seulement j’ai découvert que mes souvenirs n’étaient pas exacts puisque ce n’est pas de la septième mais de la huitième planète que Hegel est censé avoir affirmé l’impossibilité a priori, mais surtout j’ai appris que ce motif de Hegel-bashing facile relevait plutôt de la légende urbaine historico-philosophico-astronomique.  C’est en tout cas ce qu’explique un article du Journal for the History of Astronomy (Vol.23, NO. 3/AUG, P.208, 1992). Voici ce qu’écrivent les auteurs E. Craig et M. Hoskin :

It is sad to have call in question such a pleasing tale, but in fact Hegel does no such thing. These authors can only be referring to the short Section III of De orbitis planetarum, for nothing else in the dissertation could possibly be thought to bear on this question. The sarch therefore narrows to a page and a half, which makes it easy to establish there is no « such proof ». In the first place, Hegel is not here concerned in any way with the total number of the planets, but only with wether there is a planet, yet to be discovered, between Mars and Jupiter. Now had he « proved » that there could not be one, just as its discovery was being confirmed, at least the spirit of the anecdote would have been preserved though not its letter. But again the facts disappoint. For what we find is no proof that the gap between Mars and Jupiter must be empty, but only a criticism of the argument that was leading contemporary astronomer to think that it was likely to be occupied.

8iizymid

Qui a encore oublié de ranger des planètes dans leur boîte?

*

Je crains maintenant de découvrir que la philosophie de la nature de Hegel mérite d’être prise très au sérieux. En attendant que cela se produise je vous propose quand même cette devinette : de quel phénomène naturel parle Hegel dans le texte ci dessous extrait de L’Abrégé de l’encyclopédie des sciences philosophiques (traduction Maurice de Gandillac).

… est l’acte par lequel la matière se restaure en son absence-de-forme, en sa fluidité, le triomphe de son homogénéité abstraite sur les déterminités spécifiques ; sa continuité abstraite, qui est seulement auprès d’elle-même, en tant que négation de la négation, est ici posée à titre d’activité.

Publicités