Étiquettes

,

On se rappelle l’intéressante expérience d’union avec les éléments consistant à pisser sous la grêle que nous proposait le poète Kobayashi Issa. L’expérience de la miction offre cependant d’autres ressources esthétiques que notre auteur ne manque pas d’exploiter.

*

Ce trou parfait
que je fais en pissant
dans la neige à ma porte!

*

Parmi les autres exploitations littéraires de ce thème on peut mentionner Eric Chevillard qui sur son blog l’Autofictif (5 février 2010) se demandait doctement:

Je m’excuse de mettre les pieds dans le plat, mais enfin il me semble que tout le monde aimerait bien savoir ce que dessinaient Michel-Ange, le Greco, Rembrandt, Watteau, Van Gogh, Klee, Picasso et les autres lorsqu’ils pissaient dans la neige ?

*

J’ai bien conscience que la valorisation de la miction debout en tant que source d’expérience esthétique fait planer sur ce blog le spectre de l’androcentrisme, et je sais que les conditions dans lesquelles on fait pipi sont un enjeu de lutte. C’est pourquoi je tiens à signaler que cette expérience est désormais accessible à toutes grâce à un accessoire qui fait l’objet d’une exploitation bassement mercantile mais aussi d’une promotion militante et bricoleuse.

Publicités